Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jechaiaou.Perlenrel.over-blog.com

Deux mots sur la péricope hebdomadaire (parachat hachavoua)

21 Juin 2017 , Rédigé par Jechaiaou Perlenrel Publié dans #etude bible et talmud

 

Section KORA’H : La rébellion de KORA'H (CORE)

LA GUERRE DES CHEFS !

Comme vous le savez les disputes et les discussions non seulement ne sont pas rares dans la littérature rabbinique, mais elles constituent bien souvent l’élément moteur et tout le piquant des développements talmudiques. Seulement il y a une règle fixée par les « pirke Avot » (les maximes des pères V,17) :  « Toute controverse désintéressée, qui a vocation d’honorer les Cieux connaîtra un aboutissement perdurable ; et celle qui n’a pas vocation d’honorer les Cieux ne connaîtra pas d’aboutissement perdurable. Quelle est la controverse qui a vocation d’honorer les Cieux ? C’est la controverse entre Hillel et Chammaï (toutes ces disputes talmudiques qui ne sont que recherche de LA Vérité et grâce auxquelles la loi juive a été fixée) . Et celle qui n’a pas vocation d’honorer les Cieux ? C’est la controverse entre Kora’h et tout son parti (dont le motif n’est que la jalousie, l’envie, la recherche du pouvoir et des honneurs). »

Le Gaon Rabbi yehonatan Heibchitz (1680-1764) de Prague nous interroge : Pourquoi est-il dit dans la deuxième controverse que c’est une dispute entre Kora’h et son parti et non pas entre Kora’h  et son antagoniste Moché comme il est dit de la controverse entre Hillel et Chammaï ? et il répond on voit bien là que sous couvert d’une compétition entre le parti de Kora’h et celui de Moché, il y avait surtout une lutte féroce pour la suprématie au sein même du parti, et chacun des chefs autour de Kora’h voulait les honneurs et le pouvoir pour lui-même. Et il ajoute que ceci est justement la preuve et la caractéristique d’une dispute qui n’est pas dans l’intérêt général.

En cette période post-électorale où pendant huit mois  on a assisté à droite comme à gauche à une guerre des chefs lamentable, qui a fait la preuve  qu’il s’agissait de querelles de type Kora’h et son parti et pas toujours dans l’intérêt général, les résultats ont montré que ces partis se sont écroulés et ne connaitront pas d’aboutissement perdurable.

Faut-il vraiment continuer à organiser des primaires ?

EMPORTE-T-ON SA RICHESSE DANS LA TOMBE ?

Et puisqu’on a parlé de pouvoir et de corruption…. Continuons à propos de Kora’h.

Il est une expression populaire en hébreu qui dit : « Riche comme Kora’h ! » ou « un tel possède les trésors de Kora’h ! ». Bien sûr tout le monde sait que Kora’h était très riche, mais manque-t-on tant que ça de riches, dans la tradition juive, pour prendre justement l’exemple de Kora’h ?

Mais, font remarquer nos sages, souvent les légendes courent sur l’immensité des biens de beaucoup de riches et l’envie qu’ils suscitent, et quand ils s’en vont de ce monde, on ne peut qu’être frappé par la nudité de ce corps qu’on met en terre, et relativiser l’utilité de ses richesses bien souvent exagérées.

Pour Kora’h il est dit que tous ses biens ont été rassemblés et sont descendus avec lui dans le shéol. Donc d’une part tout le monde a pu voir réellement l’étendue de ses richesses : il était vraiment riche et ce n’était pas une légende, « riche comme Kora’h ».

D’autre part on prend conscience par cette expression, que la richesse n’est pas forcément une bénédiction : souvent elle est dilapidée par les héritiers et retourne à la terre.  Les enfants de Kora’h ,(qui se sont démarqués de leur père ) s’ils n’ont pas hérité de richesses matérielles, sont devenus, d’après Nahmanide, de grands hommes en Israël, justes et bons. On leur attribue onze psaumes, dont le psaume XLVI, qui a trait directement à leur miraculeuse préservation, et leurs descendants sont cités de nombreuses fois dans les Chroniques.

Alors « les trésors de Kora’h » ne sont peut-être pas ceux qui ont été ensevelis avec lui, mais justement ceux que chacun de nous laisse derrière lui, c’est-à-dire sa descendance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article